LIBRE, DÉBORDANTE ET SÉDUCTRICE – Dévoilement de la saison 2017-2018, théâtre et danse

capture-decran-2017-05-18-a-22-37-48

Toutes les photos ici

Saison 2017-2018 / Brochure

 


Libre, débordante et séductrice
Saison 2017-2018
La Nouvelle Scène Gilles Desjardins

Ottawa, le mercredi 17 mai 2017 — Aujourd’hui, l’équipe de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins (LNSGD) a dévoilé sa programmation de théâtre et de danse 2017-2018, cosignée par les quatre compagnies résidentes et fondatrices, le Théâtre du Trillium, le Théâtre de la Vieille 17, Vox Théâtre et le Théâtre la Catapulte. Le collectif des directions artistiques de LNSGD, composé d’Anne-Marie White, Pierre Antoine Lafon Simard, Esther Beauchemin, Pier Rodier et Jean Stéphane Roy ont présenté les 14 spectacles soigneusement sélectionnés. Dès septembre, le 333 King Edward mettra à l’honneur les arts vivants d’ici et d’ailleurs, issus d’artistes émergents et aguerris, sous une programmation libre, débordante et séductrice.

Une expérience hors norme
La saison 2017-2018 a été concoctée par des artistes qui ont soif d’expérimenter dans la pure liberté d’expression. La Nouvelle Scène Gilles Desjardins offrira aux spectateurs de générations multiples, adultes, étudiants, seniors, enfants, un accès à des expériences diversifiées.

Je suis extrêmement fier de ce lieu incontournable pour la Francophonie dans la Basse-Ville. J’invite les gens de la grande région de la capitale nationale à venir profiter de la merveilleuse programmation de La Nouvelle Scène Gilles Desjardins.

– Mathieu Fleury, conseiller municipal et porte-parole de la saison

Ce que nous avons à offrir à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins, ce sont des spectacles qui appellent à l’expérience collective, à l’engagement social et politique, au risque d’être bousculé, inévitablement. Nous offrons un produit des plus écologiques parce que fabriqué de façon artisanale, à partir d’un matériau qui se fait de plus en plus rare : l’être humain en chair et en os. 

– Anne-Marie White, directrice générale et artistique

Des créations d’ici
M.I.L.F. marque le retour attendu de l’auteure Marjolaine Beauchamp sur les planches ainsi que le retour de la collaboration fructueuse entre l’auteure/interprète et le metteur en scène de Taram (Théâtre du Trillium 2011), Pierre Antoine Lafon Simard. Suite à Little Iliad en 2012, le spectacle Mondmann souligne quant à lui le retour d’une collaboration entre ce même metteur en scène et Evan Webber. Ayant fait sensation au Festival Undercurrents en 2016 dans sa version anglaise, Souffler la veilleuse (Théâtre de la Vieille 17), un texte de l’auteur ottavien Arthur Milner, marque le retour de la plume de Jean-Marc Dalpé en nos murs. Ceci n’est pas une lettre d’adieu…, des créateurs Dillon Orr, Marie-Pierre Proulx et Jean Stéphane Roy (Théâtre la Catapulte), rassemble de riches matériaux d’inspiration tels que les écrits du Dalaï-Lama et les œuvres de Sigur Rós, Katrin Brack, Yann Arthus-Bertrand et Kurt Cobain, pour créer un spectacle dynamique interrogeant les fondements du vivre ensemble.

Des créations d’ailleurs
Après Yellow Towel, la chorégraphe Dana Michel, nommée dans le palmarès des meilleures performeuses en 2014 par le New York Times, continue avec Mercurial George à traquer et transformer le banal, à provoquer le malaise. Le Garçon au visage disparu (Théâtre le Clou), un texte métaphorique de Larry Tremblay, l’un des auteurs les plus prolifiques du Québec dont le talent est maintenant reconnu au pays et à l’international, explore le territoire de l’adolescence quand l’identité encore fragile cherche ses repères. Noyade(S) s’est mérité le prix Louise-Lahaye pour le meilleur texte jeune public produit pendant la saison 2013-2014. La compagnie montréalaise Samsara Théâtre joue le spectacle régulièrement depuis trois ans et celui-ci sera présenté en Ontario francophone pour la première fois. Au carrefour de la danse et du théâtre, L’Éveil, créé en 2014 (Le Fils d’Adrien Danse) et en tournée depuis, présente un univers singulier, très esthétique qui plonge au cœur même de l’adolescence. De l’instant et de l’éternité, une création du jeune créateur Jocelyn Pelletier, célèbre et questionne la pratique d’hier et d’aujourd’hui.

Par ailleurs, LNSGD s’associe au Centre de danse contemporaine Ottawa Dance Directive (ODD) pour faire découvrir la toute dernière création de sa directrice artistique Yvonne Coutts, et le travail de son chorégraphe invité de la ville de Québec, Harold Rhéaume, dont la réputation n’est plus à faire. Compagnie ODD est une soirée en trois morceaux chorégraphiques (Fièvre, Courbe et Georgie) repoussant les limites du corps et de l’esprit.

Série enfance
Avec Mokatek et l’étoile disparue (Vox Théâtre), Dave Jenniss, artiste autochtone de la nation Malécite de Viger et nouveau directeur artistique de la compagnie de théâtre Ondinnok, propose une création multidisciplinaire qui rassemble un manipulateur de marionnettes et un musicien sur scène. Jean-Pierre va à la Lune, premier texte d’Éric Perron (Théâtre de Dehors), revient sous une toute autre forme en coproduction avec Vox Théâtre afin de présenter un spectacle intégrant la marionnette, l’émerveillement et le ludisme. Les Grands-Mères Mortes, une fête !, créé en 2014 par Mammifères et présenté à plus de quarante reprises, sera présenté en représentation unique, dans un accueil de Vox Théâtre et du Théâtre de la Vieille 17.

Un partenariat de taille
LNSGD s’associe au prestigieux Festival Face à Face du Centre national des Arts (CNA) pour présenter quatre œuvres en trois soirées, créées par des talents canadiens émergents, ici et à l’échelle du monde : Joshua Beamish propose un style éclatant et une approche ludique aux mouvements du corps dans l’espace ; Belinda McGuire crée un sentiment d’intimité autant dans son mouvement que dans son immobilité ; Nicole Mossoux et Patrick Bonté tendent un miroir à notre inquiétante étrangeté, à nos fantasmes obscurs et interrogent les incohérences de notre rapport au monde ; l’artiste de réputation internationale Daina Ashbee propose quant à elle une nouvelle création brutale et charnelle qui explore la vulnérabilité des femmes autochtones face à la violence.

Nouvelle promotion et maintien de La Nouvelle Carte
Toujours dans une volonté de rendre l’art vivant accessible à tous, les spectateurs pourront désormais profiter de la formule « PRÉVENTE 25 % », jusqu’à la veille du jour de la première. Fort du succès de la saison dernière, LNSGD offre toujours La Nouvelle Carte, une carte pour tous les amoureux des arts de la scène. Au coût modique de 25 $, elle permet d’économiser 40 % sur tous les billets. Un incontournable !

LNSGD remercie ses principaux partenaires : Ville d’Ottawa, Conseil des arts de l’Ontario, Patrimoine canadien, Fondation Trillium de l’Ontario, BRIGIL et Marcil Lavallée.

Tous les détails de la programmation de théâtre et de danse 2017-2018 se retrouvent au :   www.nouvellescene.com

Rappelons que la série musicale et les autres activités artistiques de LNSGD seront lancées à la fin de l’été.