Jean-Marc Dalpé

Auteur dramatique, romancier, poète, scénariste et comédien, Jean Marc Dalpé a été récipiendaire du Prix du Gouverneur-Général en théâtre pour Le Chien en 1988, puis encore en 1999 pour son recueil de pièces Il n’y a que l’amour où l’on retrouve notamment le texte Trick or Treat qui a été adapté pour le petit écran. Il s’est mérité le même prix pour son premier roman Un vent se lève qui éparpille en 2000. Deux universités lui ont conféré des Doctorats Honoris Causa pour l’ensemble de son œuvre, soit l’Université Laurentienne en 2002 et l’Université d’Ottawa en 2010.

Après ses études au département de théâtre de l’Université d’Ottawa, il a poursuivi sa formation au Conservatoire d’art dramatique de Québec. De retour en Ontario, il cofonde le Théâtre de la Vieille 17, puis se rend à Sudbury où il participe à une quinzaine de productions du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) en tant qu’auteur, coauteur et/ou comédien. Après quelques années d’absence, il revient à la scène en tant que comédien et joue dans Les points tournants, une production de

La Manufacture (2006). Puis en 2008, il foule les planches du TNO dans SLAGUE – L’histoire d’un mineur, pièce solo de l’auteur canadien Mansel Robinson (Spitting Slag) dont il signe la traduction. Il avait déjà traduit Ghost Trains – Trains fantômes du même auteur. Ces deux pièces ont paru chez Prise de Parole sous le titre Roc & Rail et ont été en lice pour le Prix du Gouverneur Général dans la catégorie traduction. Il s’est mérité, en 2012, le Prix Rideau Awards pour Interprétation masculine de l’année pour son rôle de Mercier dans II (deux), pièce de Mansel Robinson qu’il a également traduite. Sa nouvelle traduction de Richard III de William Shakespeare, publiée chez Prise de Parole, fut présentée en mars et avril 2015 au Théâtre du Nouveau Monde et au Centre national des Arts dans une mise en scène de Brigitte Haentjens.